[logiciel creation site] [creation site web] [creation site internet]

Les ravages des Normands


En 850, un moine de Noirmoutier note :

Une foule de navires normands remonte la Seine, infeste la région de pillards. Pillée, Rouen est incendiée ; pillées, Paris, Beauvais et Meaux ; pillées et dévastées, Melun, Chartres, Évreux et Bayeux. Il n'est guère de localité ni d'abbaye intacte ; tous les habitants fuient et bien peu osent leur commander de rester, de résister, de lutter pour leur pays, leurs enfants, leur famille. Ils achètent par une rançon les biens qu'ils auraient dû défendre en guerriers ; c'est ainsi que sombre le royaume chrétien.


Trente ans plus tard, un moine d'Arras écrit :

Les Normands ne cessaient d'emprisonner et de massacrer les Chrétiens, de saccager les églises, d'abattre les remparts et d'incendier les villes. Par toutes les places ce n'étaient que cadavres : hommes, femmes, jeunes gens, bébés en nourrice. Aucun emplacement dont le sol ne fût jonché de morts. On vivait partout dans la détresse et dans la douleur devant ce spectacle de l'anéantissement du peuple chrétien.


D'après Luce Piétri, Les époques médiévales.