[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site]

Il veut avoir Saint-Cloud plein de roses l’été,

Où viendront l’adorer les préfets et les maires ;

C’est pour cela qu’il faut que les vieilles grands-mères,

De leurs pauvres doigts gris que fait trembler le temps,

Cousent dans le linceul des enfants de sept ans. »

Les Châtiments, 1853.


     Victor Hugo contre le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte


 « L’enfant avait reçu deux balles dans la tête.

Le logis était propre, humble, paisible, honnête ;

On voyait un rameau béni sur un portrait.

Une vieille grand-mère était là qui pleurait.

Nous le déshabillions en silence. Sa bouche,

Pâle, s’ouvrait : la mort noyait son oeil farouche ;

Ses bras pendants semblaient demander des appuis.

Il y avait dans sa poche une toupie en buis. […]



Monsieur Napoléon, c’est son nom authentique,

Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ;

Il lui convient d’avoir des chevaux, des valets,

De l’argent pour son jeu, sa table, son alcôve,

Ses chasses : par la même occasion, il sauve,

La famille, l’église et la société ;