[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web]

                                        La révolution russe, de février 1917

Le 23 février 1917(8 mars, dans notre calendrier) il y a à Petrograd (aujourd'hui Leningrad) 90 000 grévistes pour la journée internationale des femmes bien qu'aucune grève n'ait été prévue. Trotsky, personnage marquant de la révolution russe, raconte : Le lendemain, le mouvement, loin de s'apaiser, est en recrudescence. Les travailleurs se présentent le matin dans leurs usines, et au lieu de se mettre au travail, ouvrent des meetings ; après quoi, ils se dirigent vers le centre de la ville. Le mot d'ordre (du pain) est écarté ou couvert par d'autres formules : (A bas l'aristocratie) et (A bas la guerre). Le 25, la grève prend une nouvelle ampleur : il se produit des conflits avec la police. Le 26 février est un dimanche. La tsarine télégraphie au tsar : (le calme règne en ville.) Mais cette tranquillité ne dure pas longtemps. Peu à peu les ouvriers opèrent leur concentration et de tous les faubourgs convergent vers le centre. On les empêche de passer les ponts. Ils déferlent sur la glace, car, en février, la Neva est un pont de glace. Les soldats, ont reçu l'ordre rigoureux de tirer, et ils tirent, principalement ceux qui appartiennent à des écoles de sous-officiers. (Tirez sur l'ennemi !) Commande la monarchie. (Ne tirez pas sur vos frères et sœurs!) Crient les ouvriers et les ouvrières, et pas seulement cela : (Marchez avec nous !)
Le 27, l'un après l'autre, dès le matin, avant de sortir des casernes, les bataillons de réserve de la garde se mutinent. Çà et là, des ouvriers ont déjà réussi à s'unir avec la troupe, à pénétrer dans les casernes, à obtenir des fusils et des cartouches. Vers midi, Petrograd est redevenu un champ de bataille ; les coups de fusil et le tac tac des mitrailleuses retentissent de tous les côtés.