[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web]

Les événements de mai 1968 vus par un témoin

 « […] Pendant toute cette période, dans le bureau à côté du mien était installé le préfet Somveille. C’est lui qui supervisait, par un système de relais, le dispositif du maintien de l’ordre pour le compte du premier ministre… C’est surtout le soir que commençaient les moments difficiles, quand s’élevaient les barricades. Il connaissait les instructions du premier ministre, veillait à ce qu’elles fussent respectées et était tenu informé ainsi, heure par heure, minute par minute, des événements en cours sur Paris.

Ce ne fut qu’en mai 68 que M. et Mme Pompidou ont pris le plus souvent leurs « quartiers de nuit » à Matignon, et non comme d’habitude chez eux, quai de Béthune, pour rester toujours au centre du dispositif.

De mon côté, je rentrais la plupart du temps seule en voiture, vers minuit ou une heure du matin, par l’itinéraire que m’indiquait Pierre Somveille… Une nuit, fatiguée, je ne rentrai pas et couchai chez des amis… Mal m’en a pris… Le lendemain matin, j’eus la désagréable surprise d’apprendre en arrivant à Matignon que mon fils avait été arrêté dans la nuit par la police… »

Souvenirs d’un témoin des événements de mai 1968, Anne-Marie Dupuy, extrait de Le Destin et la volonté, Editions La Table ronde, 1996