[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web]

Le lever du roi Louis XVI d'après Félix, comte de France d'Hézecques (1774-1835), page de la chambre du Roi.


" Le cérémonial du lever du roi pourra paraître d'autant plus curieux qu'il est déjà plus loin de nous, et que bien des gens demanderaient volontiers si ce lever était réellement l'instant où le roi quittait son lit.

Il est à croire que, dans des temps plus reculés, les courtisans moins paresseux que de nos jours se trouvaient au réveil du prince. Aman, à la porte d'Assuérus, devançait le jour. Mais, successivement, l'heure se trouva reculée, et le lever était devenu la toilette du roi ; car, sous Louis XVI, qui quittait son lit à sept ou huit heures du matin, le lever était à onze heures et demie, à moins que des chasses ou des cérémonies n'en avançassent l'instant […]. C'était à l'heure du lever que se rendait au château la foule des courtisans, soit de Versailles, soit de Paris. Les uns venaient se faire remarquer, ceux-ci chercher un regard du prince, d'autres se répandaient ensuite dans les bureaux, chez les ministres, pour y solliciter des faveurs, souvent demander de l'avancement, et n'y obtenir que des refus ou de la hauteur […].

La foule enfin rassemblée, onze heures et demie sonnent. Peu de minutes après, le roi sort de son intérieur en habit du matin et arrive dans la chambre de parade. Un garçon de la Chambre se présente à la porte et crie à haute voix : " la Garde-Robe, Messieurs ! " Alors se glissent les princes du sang, les grands officiers de la couronne, les officiers de la Garde-Robe, et les seigneurs qui ont obtenu les grandes entrées. De ce nombre sont ceux qui ont présidé à l'éducation du roi.

La toilette commence ; le roi se chausse et passe sa chemise. Alors, la même voix rouvre la porte sur l'ordre du Premier gentilhomme de la Chambre, et demande : " La première entrée ! " A cet appel, arrivent la Faculté, les valets de Garde-Robe hors de service et le porte-chaise d'affaires […].

Aussitôt que le roi n'a plus que son habit à passer, on appelle : " La Chambre ! " Alors entrent tous les officiers de la Chambre, les pages, leur gouverneur, les écuyers, les aumôniers, enfin les courtisans admis aux grandes entrées dans la chambre, c'est-à-dire de l'Œil-de-Bœuf. Le roi étant tout habillé, on ouvre les deux battants et on laisse entrer le reste des officiers, les étrangers, les curieux […] Le roi passe alors dans la balustrade qui entoure le lit, se met à genoux sur un coussin, et, entouré des aumôniers et du clergé, récite une courte prière ; après quoi, il écoute toutes les présentations, et entre dans le cabinet du Conseil, où ceux qui ont les entrées de la Chambre le suivent. Le reste de la foule va dans la galerie, attendre le moment où le roi sortira pour aller à la messe. "

Comte de France d'Hézecques, Félix, Souvenirs d'un page de la cour de Louis XVI.