La préparation du débarquement


 " Nous apportions un grand soin à l'étude des moyens par lesquels nous pourrions tromper l'adversaire quant au lieu et à la date de notre attaque. Nous voulions le convaincre que notre intention était de tenter la traversée à l'endroit où la Manche est la plus étroite… Le plan aérien prévoyait l'affaiblissement progressif de la Luftwaffe et la destruction des points stratégiques du réseau routier et ferroviaire français afin d'isoler la région où devait se porter l'attaque. Pour le jour, les forces aériennes devaient pilonner les objectifs de la défense côtière allemande tout en assurant la protection de nos convois…
Toute division a besoin de 600 à 700 tonnes d'approvisionnement par jour (10 divisions sont débarquées le 6 juin et 36 sont engagées dans l'ensemble des opérations). A cela, il fallut ajouter l'obligation de constituer sur les plages des réserves…, le transfert de lourdes machines et du matériel de construction. "

Eisenhower, Croisade en Europe, R. Laffont.