[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site]

Comme au temps de la Préhistoire



En 1980, des géologues russes découvrent, au fin fond de la forêt du Kazakhstan, en Sibérie, une famille qui vit là, complètement coupée du monde depuis une quarantaine d’années. Leur mode de vie ressemble tout à fait à ce que les historiens imaginent de la vie au temps du néolithique.

« En nous baissant pour passer la porte, nous nous retrouvâmes dans une obscurité presque totale… Quand Agafia eut allumé et fixé une mèche de bois au milieu de la demeure, je pus en regarder tant bien que mal l’intérieur. Les murs étaient noirs : la suie ne reflétait plus la lumière. Le plafond bas, lui aussi, était noir charbon. Des perches horizontales couraient sous le plafond pour le séchage du linge. A la même hauteur, des étagères longeaient le mur, chargées de récipients en écorce de bouleau pleins de pommes de terre et de graines séchées. Plus bas, de larges bancs s’étiraient le long des murs. Comme en témoignaient quelques guenilles, on y dormait de même qu’on pouvait s’y asseoir (…).

Sur le sol dans une couche d’herbes de marais séchées dormait le chef de la maisonnée (…).

Aucun balai n’avait jamais effleuré le sol de cette masure, un sol qui s’enfonçait mollement sous nos pas : des épluchures de légumes et des écales de cônes de pin. Nous nous couchâmes sans nous déshabiller sur ce sol moelleux (…). Contrairement à mes craintes, aucune bestiole ne nous importunait. Comment cette famille était-elle parvenue à se dérober aux parasites, en l’absence de savon et de propreté ? (…). L’air était malodorant et fétide. »

Dossiers de l’Archéologie, n° 199, « Charavines », Vassili Peskov.