[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site]

Le dur travail de l’apprenti imprimeur



Les apprentis imprimeurs protestent :

« (Il faut) se réduire à un apprentissage de cinq années et autres sujétions nécessaires pour parvenir à la maïtrise de l’imprimerie, qui sont d’être levé à quatre heures du matin pour monter les balles qui servent à imprimer, et cela avant la venue des ouvriers qui est d’ordinaire à cinq heures. Aller chercher leur vin et leurs vivres pendant la journée, comme aussi la lessive dont on ne peut se passer pour laver et nettoyer les caractères qui sont employés au long du jour aux impressions. Outre cela, travailler continuellement à la presse, qui est le travail le plus pénible que l’on puisse imaginer, et sans comparaison plus rude et plus fort que n’est celui fu forçat qui rame aux galères.

Après tout cela, à la sortie des ouvriers, qui est au plus tôt à huit ou neuf heures du soir, aller au puits ou aux fontaines, puiser de l’eau dont on a besoin pour tremper le papier qu’on veut imprimer les jours suivants. »