[creation site internet] [creation site web] [logiciel creation site]

Les meuniers du Grand Pont, à Paris


Voici comment était réglementée la profession de meunier, à Paris, au XIIIe siècle.


Quiconque est meunier au Grand Pont à Paris peut avoir autant d'apprentis et de valets qu'il lui plaît et moudre la nuit: Les meuniers du Grand Pont ne peuvent moudre le dimanche. Les meuniers du Grand Pont peuvent prendre de chaque setier de blé, ou autre grain à moudre, un boisseau, mais pas davantage (il y a 12 boisseaux de grain dans un setier). Les meuniers du Grand Pont ne peuvent chômer ; s'ils le font, ils doivent une amende de six deniers au chapitre de Notre­Dame de Paris.

Nul ne peut louer un moulin au Grand Pont s'il ne paie cinq sous aux compagnons pour boire.

Quiconque est meunier au Grand Pont, soit maître, soit valet, doit jurer sur les saints qu'il gardera bien et loyalement les biens et les choses, et qu'il respectera les usages et bonnes coutumes.

Les meuniers du Grand Pont doivent le guet et les autres redevances que les bourgeois de Paris doivent au roi.


D'après Etienne Boileau. Livre des métiers.