[creation site web] [logiciel creation site] [creation site internet]

La prise de Jérusalem (15 juillet 1099)


Les croisés, parvenus devant les murailles de la ville sainte au début du mois de juin, commencent le siège :

Nos seigneurs étudièrent alors les moyens d'attaquer la ville à l'aide de machines, afin de pouvoir y pénétrer pour adorer le sépulcre de Notre Sauveur. On construisit deux châteaux en bois et pas mal d'autres engins. Le duc Godefroid établit un château garni de machines et le comte Raimond fit de même. Ils se faisaient apporter le bois des terres lointaines.


L'assaut

Le vendredi, de grand matin, nous donnâmes un assaut général à la ville sans pouvoir

lui nuire et nous étions dans la stupéfaction et dans une grande crainte. Puis, à l'approche de l'heure où Notre Seigneur Jésus­ Christ consentit à souffrir pour nous le supplice de la croix, nos chevaliers postés sur le château se battaient avec ardeur, entre autres le duc Godefroid et le comte Eustache, son frère. A ce moment l'un de nos chevaliers, du nom de Liétaud, escalada le mur de la ville. Bientôt, dès qu'il fut monté, tous les défenseurs de la ville s'enfuirent des murs à travers la cité et les nôtres les suivirent et les pourchassèrent en les tuant et les sabrant jusqu'au temple de Salomon (en réalité jusqu'à la mosquée bâtie sur l'emplacement de l'ancien temple de Salomon) où il y eut un tel carnage que les nôtres marchaient dans leur sang jusqu'aux chevilles.


Le massacre général

Enfin, après avoir enfoncé les païens, les nôtres saisirent un grand nombre d'hommes et de femmes et ils tuèrent ou laissèrent vivant qui bon leur semblait. Au-dessus du temple de Salomon s'était réfugié un groupe nombreux de païens des deux sexes, auxquels Tancrède et Gaston de Béarn avaient donné leurs bannières en signe de sauvegarde. Les croisés coururent bientôt dans toute la ville raflant l'or, l'argent, les chevaux, les mulets et pillant les maisons.

Puis, tout heureux et pleurant de joie, les nôtres allèrent adorer le Sépulcre de Notre Sauveur Jésus et s'acquittèrent de leur dette envers lui. Le matin suivant, les nôtres

escaladèrent le toit du temple,    sceau des Templiers. attaquèrent les Sarrasins,

hommes et femmes, et ayant tiré l'épée, les décapitèrent. Quelques-uns se jetèrent du haut du temple. A cette vue Tancrède fut rempli d'indignation.


D'après l'Histoire anonyme de la première croisade.